Année : 2018

1 12 septembre 2018

Le plasma, c’est fantastique…

Nouveau venu dans les traitements de la calvitie, en soins post-op ou en traitement initial, le Recle PL est un appareil auquel on peut prédire un bel avenir. Facile d’utilisation, maniable, transportable et bien « designé », il peut être utilisé par le médecin au cabinet ou par le patient, à domicile et sans supervision médicale. Avec ses trois programmes (puissances) intégrés, ce traitement de l’alopécie par l’énergie plasma convient aussi bien aux alopécies modérées et débutantes qu’aux chutes de cheveux plus sévères et installées.

Traitement de l’alopécie par l’énergie plasma, comment ça marche ?

Recle.PL est un nouveau système d’aide à la repousse des cheveux fins, affaiblis et dévitalisés, utilisant l’énergie Plasma. Grâce au système Recle.PL et son plasma actif, il est possible de diffuser n’importe quelles micro-molécules dans les couches vivantes de l’épiderme et atteindre les zones plus profondes de la peau et plus particulièrement du cuir chevelu. Son utilisation est des plus simples : l’énergie plasma est transmise par simple contact cutané avec le cuir chevelu et a pour effet de faciliter et amplifier la repousse. Les sessions durent 10 minutes environ à raison de 1 à 3 applications par jour. Le Recle. PL peut s’utiliser avec ou sans complément. Il est toutefois recommandé, pour maximiser ses effets, de lui associer l

Posted in Actualité alopécie, Blog, image posts by Dr. Set
13 mars 2018

L’ANSM réitère son interdiction de la PRP à visée non thérapeutique

Le 18 janvier 2018, l’ANSM* a publié un communiqué rappelant l’interdiction des injections de PRP en France pour les traitements esthétiques. Ce rappel à l’ordre vise spécifiquement les médecins proposant des actes de rajeunissement par PRP. Cette technique est en effet couramment utilisée pour le comblement des rides, le repulpage de la peau ou traitement de l’alopécie… Et ce malgré la législation en vigueur.

Selon l’ANSM, cette pratique ne serait pas sans risques, notamment en cas de pathologie associée (maladie auto-immune par exemple, prise d’anticoagulants, etc.)
L’utilisation des concentrés plaquettaires autologues à des fins thérapeutiques est toutefois autorisée mais à certaines conditions. Ils doivent être utlisés le cadre d’une seule et même intervention médicale, sans être conservés ou préparés au sein d’un organisme ou d’un établissement tiers.
Si la PRP à des fins esthétiques est interdite dans l’hexagone, de plus en plus de pays l’autorisent (Etats-Unis, Belgique, Tunisie, etc.) et la demande ne cesse de croître, en France comme ailleurs.
*Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé